Si comme nous le supposons, Brunelleschi recherchait des rapports de proportions mathématiques, il serait plus vraisemblable qu'il ait choisi de limiter sa vue à 6 brasses de hauteur c'est à dire la moitié de la hauteur de la porte. Nous ne retenons donc pas la proposition de Hubert Damisch de prendre en considération la hauteur totale de la porte, pour la bonne raison qu'avec un tel angle optique vertical Brunelleschi aurait certes pu voir le baptistère de San Giovanni mais dans un rapport d'environ un tiers pour deux tiers de ciel. Notre hypothèse conserve l'angle optique mais en concentrant la vue sur le baptistère. Ainsi le cadre de vision défini par l'architecture de la porte aurait situé son point de vue au sommet d'une pyramide ayant une base carrée constituée des deux côtés de la porte, du sol et d’une ligne imaginaire placée à 6 brasses de hauteur et au centre d'un cube réceptacle imaginaire de 6 brasses de côté. Il ne suffisait donc pas pour Brunelleschi que le cadre de vision s'organise autour du baptistère,



[70] «Je divise la hauteur de cet homme en trois parties et ces parties sont pour moi proportionnelles à cette mesure qu'on nomme vulgairement bras. Car, comme on le voit par la symétrie des membres de l'homme, la longueur la plus commune d'un homme est de trois bras.» Alberti Leon Battista, De Pictura, 1435 pour la version latine, traduction de Jean Louis Schefer, Macula/Dédale, p. 115 du livre I, Paris 1992.

celui-ci devait encore s'organiser autour de son regard. Dans le voir, nous voyons par raison d'optique, dans le regard nous sommes mis en résonance avec l'objet regardé, mais il ne s'agit nullement d'un simple aller et retour, car si l'aller est direct, il en est tout autrement pour le retour qui nécessite d'être oublieux de l'aller pour se situer dans le cadre de la souvenance active. Cette différence entre voir et regarder est au cœur des travaux de Jacques Lacan concernant la géométrie projective et l'expérience de la pulsion scopique. Elle s'apparente pour lui à une recherche du signifiant :

«La valeur du signifiant, mouvement de tour et de retour, mouvement de celui qui se retourne et qui doit se maintenir dans ce retournement.» [71]

Brunelleschi d'une certaine manière ne voyait pas, il pensait son regard et ce dernier était celui d'un architecte obsessionnel. Ce regard pensif nous invite à nous intéresser aux dimensions du bâtiment qu'il souhaitait reproduire. Le baptistère de San Giovanni est un monument octogonal qui se situe dans l'axe de Sainte Marie de la Flore. Il mesure environ 76 brasses (44 mètres) de haut. La distance qui sépare la porte du baptistère de celle de l'église est d'environ 54 brasses auxquelles il faut ajouter les 3 brasses de l'intérieur de l'église,



[71] Lacan Jacques, Séminaire du mercredi 18 mai 1966, p. 32, inédit.

Vous êtes ici : Le secret > page 4/13.