Oubli qui sera réitéré par Georgio Vasari (Arrezo 1511- Florence 1574) lorsqu'il rédigera sa Vie de Filippo Brunelleschi [60], quelques décennies plus tard (1550). Nous tenterons donc ici, en nous en tenant à la lettre au texte de Manetti, c'est à dire en respectant son souhait de lire sa biographie de Brunelleschi comme un récit véridique, de proposer une méthode de construction de ces deux tableaux mythiques en posant l'hypothèse, pour un premier éclairage, des liens originels qui uniraient la perspective et la science de l'optique médiévale.

L'éventualité de cette liaison nous est donnée par Lorenzo Ghiberti (Florence 1378- id. 1455), l'éternel rival artistique de Brunelleschi, dans la troisième partie de son manuscrit Les Commentaires (1448-1454), où il compile entre autres, de longues références explicites à la perspective naturelle [61] d’Alhazen [62] et de Vitellion [63].



[59] Aujourd'hui disparus.

[60] Georgio Vasari, Vie de Filippo Brunelleschi, 2ème édition des Vies (1568), traduit par Claude Lauriol pour l'ouvrage Brunelleschi, la naissance de l'architecture moderne, Direction de l'architecture, L'équerre, France, 1980.

[61] Le terme de perspective traduit à l'époque médiévale le mot grec optike ou science de la vision (perspectiva naturalis). A ce propos, voir l'article de Dominique Raynaud, Perspectiva naturalis, p.11 à 18, du catalogue Nel segno di Masaccio l'invenzione della prospettiva, Giunti et Firenze musei, Italie, octobre 2001.

Le savant arabe Alhazen (Bassora 965- le Caire 1039) fut le premier scientifique à avoir observé une éclipse de soleil dans une chambre noire (une pièce obscure ne comportant qu'un très petit orifice laissant pénétrer la lumière et qui projette sur le côté opposé au trou une image inversée de l'extérieur) [64]. Il est donc légitime de supposer que Brunelleschi qui, selon Vasari, abordait les mathématiques et la géométrie en particulier, avec «le naturel de la pratique et de l'expérience, au point qu'il (le mathématicien Toscanelli [65]) en restait souvent confondu» [66], ait pu lui aussi trouver dans les recherches médiévales sur l'optique matière à réflexion dans son projet [67], qui se révélera par la suite novateur, de les appliquer à la pratique de l'architecture en cherchant la règle de la diminution des objets en fonction de la distance. Technique qui lui aurait été bien utile pour éviter les relevés approximatifs des mesures de la hauteur, qu'il fit des édifices de Rome lors d'un voyage initiatique avec Donatello.



[62] Dans sa version italienne datant du XVe siècle, Alchaten figliuolo de Alchaichem de li aspecti, dont la Bibliothèque Apostolique du Vatican possède une copie manuscrite (Vat. n. 4595, c. 30v).

[63] La perspective de Vitellion (Erasm Ciolek Witeliusz, Witelo né en Pologne vers 1230/1235- ? post. 1277) est largement inspirée de celle d'Alhazen. La chambre noire est décrite dans le livre II de sa Perspectiva, 1272-1277.

Vous êtes ici : Le secret > page 2/13.