Ce programme conduira des scientifiques comme Thomas Wedgwood (1802 [48]), William Henry Fox Talbot (1839), Hippolyte Bayard (1839) ou Joseph Nicéphore Niepce (1829) [49] à inventer ou redécouvrir des matières sensibles à la lumière et à les expérimenter en combinaison avec son principe pour obtenir ce que nous connaissons aujourd'hui sous l'appellation de procédés photographiques.

Même si de nos jours, le système numérique rivalise avec le procédé argentique, la formation d'une image dans une camera obscura reste la condition sine qua non de la photographie.



[49] Niepce Nicéphore, Notice sur l’héliographie, 1829, e-text de la Bibliothèque Nielrow, U. S. A., p. 1 :

«La découverte que j'ai faite, et que je désigne sous le nom d'héliographie, consiste à reproduire spontanément, par l'action de la lumière, avec les dégradations de teintes du noir au blanc, les images reçues dans la chambre noire.»


Caractéristiques

techniques et esthétiques [le Sténopé]


La possibilité d'employer la technique du sténopé en photographie est l'une des conséquences collatérales de l'augmentation de la sensibilité des émulsions depuis l'invention des plaques au gélatino-bromure en 1876. P.H. Emerson (1856-1936) le théoricien du naturalisme en photographie, prôna son utilisation comme métaphore de la vision (imparfaite) de l'œil humain. Cette technique est consacrée avec George Davison (1854-1930) qui l'a couramment utilisé à partir de 1888, en particulier dans une photographie de 1890 intitulée The Onion fieldThe Onion field, Davison George, photogravure, 1889 (le champ d'oignons) considérée comme le manifeste de la tendance impressionniste du mouvement Pictorialiste [50].

La comparaison esthétique des images obtenues avec ou sans objectif faîte par l'écrivain suédois August Strindberg (1849-1912) permet de pointer les spécificités de la photographie sans objectif :



[50] Davison a co-fondé en 1892 à Londres, l'association de photographes du Brotherhood of the Linked Ring (dissoute en 1909), destinée (et réussissant) à promouvoir et à faire reconnaître le Pictorialisme et plus largement la photographie internationalement comme forme d'art.

Vous êtes ici : Le sténopé > page 13/16.